Villard-Saint-Pancrace
Hautes-Alpes
Nous sommes le 27-05-2017, il y a visiteur(s) connecté(s) sur le site.
Dernière mise à jour :
lundi 22 mai 2017
Statistiques éditoriales :
193 Articles
Aucune brève
7 Sites Web
214 Auteurs

Statistiques des visites :
1032 aujourd'hui
1139 hier
904909 depuis le début
   
Notre église
vendredi 14 janvier 2005

popularité : 7%

Histoire de notre église…

Lorsqu’on consulte les archives de l’abbaye d’Oulx, on apprend l’existence d’une église placée sous le vocable de Saint Pancrace en 1168 et qui servit d’église paroissiale à ce village. En 1542, l’église de Villard Saint Pancrace fut construite dans le style roman sous la direction de l’architecte Ristolani, dont le nom figure sur le pilier gauche du portail. A noter que les habitants de Villard Saint Pancrace participèrent à sa construction, notamment en allant tailler des pierres dans la carrière de Rocher Blanc avant de les redescendre en "ramasse" (sorte de grosses luges bien connues des charbonniers) jusqu’au chantier. Le modèle initial de notre église est sans doute la cathédrale d’Embrun et plusieurs éléments nous le rappellent : le réal, les travées de plan carré, le chevet de plan carré, le portail jumeau sur le goutterot sud, les arcatures lombardes.
Le clocher en revanche est complètement atypique et il est fort probable qu’il n’est jamais été achevé soit pour des raisons financières, soit parce que déjà l’édifice présentait des problèmes de stabilité. Quoiqu’il en soit sa forme de guérite servait autrefois de poste de garde pour un guetteur qui surveillait la nuit d’éventuels début d’incendie. Dès l’abord, on remarque le très beau cadran et son inscription « toutes blessent… la dernière tue ».
Trois portails : un sur le mur du fond, deux sur le mur latéral sud. Pour l’anecdote, le double portail est une des caractéristiques des plus sujettes à interprétation – on dit que ce fut un rituel lors des inhumations – Le cercueil était passé par une porte et après l’office ressortait par l’autre qui symbolisait l’entrée au paradis. C’est une interprétation fort sympathique, et de tout repos, mais qui n’a aucun fondement.
Au cours de la seconde guerre mondiale, à la libération en 1944, à la suite d’un bombardement, le feu prit à la pointe du clocher, dont la flèche fut brûlée entièrement, ainsi que la charpente et la couverture de l’église, les deux cloches de bronze fondirent.
En 1962, les Beaux Arts font reconstruire le clocher en bois de mélèze tel qu’il était à l’origine, clocher et couverture sont recouverts en ardoise.
En 1964, la municipalité fait placer deux cloches, l’une baptisée Cordier et l’autre Barberoux et une horloge.
De 1965 et 1971, les Beaux Arts exécutent les gros travaux : charpente, façades, planchers, malheureusement les dommages de guerre étant épuisés, on arrête les travaux.
Il restait donc à faire la remise en état de l’intérieur, ceci fut l’œuvre avec l’approbation des Beaux Arts, d’une équipe de paroissiens, curé en tête. A noter que l’autel principal, fabriqué par une entreprise du Villard est recouvert d’un drap brodé d’or.
A remarquer à l’intérieur :

  • Une seule nef
  • Les chapiteaux sculptés des piliers et les culots des voûtes ornés de masques aux angles de la nef
  • Le retable de style italien
  • Plusieurs tableaux portant la signature de peintres de chez nous : Clément, Laurent, Ollagnier…
  • Dans le chœur, le tableau représente l’Assomption de la Vierge, au bas Saint Sébastien et Saint Roch.

Deux petites chapelles latérales : une dédiée à la Vierge, l’autre à Saint Laurent. De chaque côté du chœur, deux petits autels : l’un dédié à Saint Joseph, l’autre à Saint Eloi.
Sur la paroi de droite : un reste de peinture murale, un moine Saint Antoine et un Martyre Saint Laurent.
A noter une plaque en cuivre qui mentionne : « Le 6 Décembre 1747 la prévôté d’Oulx a donné à cette communauté, en emphytéose perpétuelle, les dîmes de ce lieu, d’après la concession apostolique bulle en vigueur 9 Mai 1748 ».
Dès lors l’église de Villard saint Pancrace fut affranchit de la dîme, en compensation de l’entretien et du gardiennage du bâtiment. Au fond bien évidemment la cure baptismale taillée dans une seule pierre, ainsi que le bénitier.
Malheureusement ce monument historique d’une grande beauté présente des fissures inquiétantes, importantes et pas faciles à interpréter malgré toutes les études entreprises depuis 1995.
Toujours est-il qu’il a fallu supprimer les dispositions vicieuses de la charpente dans un premier temps. C’est pourquoi d’importants travaux ont commencé depuis le ……
Avec la construction d’un échafaudage monumental, venu tout droit d’Allemagne, et la pose d’un toit en tôles ondulées provisoires, permettant aux ouvriers de travailler à l’abri et à l’édifice de ne pas subir les caprices de la météo.
C’est vers la fin Juin 2003 que l’ensemble de cette première tranche des travaux sera terminée, l’église retrouvera toute sa grandeur et sa beauté.

Jean-Paul Fine.

 

Répondre à cet article
Messages de forum :
Notre église
dimanche 29 novembre 2015
par  zebra.13

Bonsoir le viens de lire qu’une des cloches de l’église se nommé Barberoux dans les années soixante. Nous avions à l’époque un grand oncle que nous appelions l’oncle curé, et son nom de famille était Barberoux ou Barbaroux. il était d’origine de Vars (05). Il y a t’il un rapport.

Bien cordialement.




Répondre à ce message Fil de discussion

Articles de cette rubrique
  1. Saint Pancrace
    14 janvier 2005

  2. Notre église
    14 janvier 2005

  3. Chapelle St Nicolas
    12 octobre 2007

  visiteurs depuis le 17 février 2005